Nous prenons le nouveau Discovery en dehors des sentiers battus afin de découvrir s'il est réellement le modèle le plus polyvalent de la gamme.

Avant de discuter en profondeur de notre protagoniste, il faut vous faire part d'une confession: par manque de temps, nous n'avons pas eu l'opportunité de photographier notre balade tout-terrain avec le nouveau Discovery. Prenez dès lors les impressionnantes images ci-contre comme simple illustration.

C'est en Bourgogne que nous avons pu essayer le nouveau cheval de bataille de Land Rover. Le parcours passant dans les vignes et les forêts boueuses ne présentait rien d'extrême en raison de la gomme type route chaussée sur les véhicules. Il nous a cependant permis d'obtenir une bonne indication des capacités du nouveau bourreau de travail de Land Rover.
Il faut le dire, le design de Massimo Frascella crée la controverse, avec un dessin plus rond qui n'affiche pas le même caractère que le modèle L319 (Disco 3 et 4). Mais, ce que ce néophyte a perdu en individualité, il gagne en efficacité. Ce Discovery est beaucoup plus léger que son prédécesseur grâce au nouveau  châssis en aluminium, qui lui fait perdre jusqu'à 480 kg. En outre, d'importants gains ont également été réalisés en matière d'aérodynamique.

Prise d'air ingénieuse
Le résultat en est un véhicule qui pourrait, pour certains, sembler moins cool que son prédécesseur, mais il s'agit en fait d'une bien meilleure voiture. Cela tant sur la route qu'en hors-piste. Par exemple, grâce à l'introduction du nouveau Terrain Response 2 qui intervient avec plusieurs systèmes électroniques, le nouveau Disco pour se dépêtrer plus facilement qu'avant. Il peut également passer des cours d'eau plus profonds (jusqu'à 90 cm) grâce à une prise d'air ingénieuse utilisant l'espace entre les deux feuilles de métal composant le capot. Intelligent.

Une fois à bord, vous oubliez complètement l'extérieur controversé. Selon la version choisie, la qualité intérieure varie du "premium utilitaire" au haut de gamme pour ceux qui choisissent la version supérieure HSE Luxury. Le confort est toujours de mise grâce, en partie, à l'excellente isolation phonique et à la suspension pneumatique adaptative. Le tangage et la sensation "bateau" de l'ancien Discovery sont considérablement réduits grâce à la réduction de poids et un meilleur contrôle de caisse. Bien sûr, il n'en devient jamais sportif, mais ce n'a jamais été l'intention.

Couple et flexibilité
Toujours dans l'habitacle, le système de navigation et d'infodivertissement monte en gamme et se conforme enfin à l'habitacle first class et surtout au prix. Sans oublier, ce Discovery est également un véritable véhicule sept-places. Cependant, s'il y a pénurie d'espace dans l'habitacle, vous pourrez tracter une remorque tarant jusqu'à 3,5 tonnes. Dans ce cas précis, il faut faudra mieux choisir le V6 diesel au lieu du nouveau 2,0 litres Ingenium. Bien que ce 4-cylindres s'est prouvé être bien au-dessus de nos attentes, le couple et la souplesse supplémentaires d'un V6 sont toujours les bienvenus.

Avant d'échanger le tarmac pour la terre, nous avons encore le temps d'apprécier le Disco sur la route. Avec l'expérience de conduite décevante de la Velar de 240 ch tournant dans notre tête, il est frappant de constater à quel point le Discovery est plus civilisé. Une meilleure isolation, plus de confort, à la fois en terme d'amortissement qu'en terme de confort d'assise. Il est surtout beaucoup plus cohérent dans sa mission. Aussi, le tableau de bord est dépourvu des deux écrans tactiles qui apparaissent désormais dans le Velar, le Range Rover Sport et le Range Rover. Et heureusement! L'ensemble classique est bien plus facile d'utilisation.  

Exploration géologique
Un peu avant notre arrivée dans la région, la pluie s'est abattue sur Beaune et Dijon. La roche et la pierre s'alternent donc désormais avec les surfaces glissantes des forets et des champs. Il faut l'avouer: sur ce terrain, le maillon faible sont les pneus route chaussant nos véhicules. Cependant, malgré une bande de roulement à profondeur limitée, ces pneus n'ont pratiquement aucun problème à évoluer sur les surfaces argileuses. Certains passages aux fortes différences de niveau nécessitent la position la plus élevée de la suspension pneumatique mais le confort reste de mise. Sur les roches les plus grossières, le Discovery se démarque nettement du Range Rover Sport à ressorts passifs se trouvant dans notre convoi par la souplesse de son amortissement.
Il est clair que les normes Land Rover utilisées pour développer ce nouveau Discovery ont été bien plus extrêmes mais ce petit tour en dehors des sentiers battus nous fournis une indication des capacités du L462. Aucun doute, il est capable de bien plus.

Équipé du 2,0 litres Ingenium de 180 ch et d'une boîte auto ZF à huit rapports, la Discovery commence à 53.200 €. Pour les versions TDV6 de 211 ou 258 ch, il faudra compter au moins 62.200 €. Certes, il ne s'agit pas d'un véhicule bon marché – surtout après un passage par la case option – mais le Discovery reste le modèle le plus homogène et le plus polyvalent de toute la gamme Land Rover.

Modèle Land Rover Discovery TDV6
Moteur V6 diesel turbo, 3,0 litres
Puissance 258 ch à 3.750 tr/min & 600 Nm de 1.750 à 2.250 tr/min
Transmission Automatique ZF à 8 rapports, tramsmission intégrale
Poids 2.223 kg
0 à 100 km/h 8,1 s
Vitesse max N.C.
Consommation 7,2 l/100 km
Prix 62.200 €